Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !

Course : Cormaris Trail (12km) 
Lieu : Cordemais (44)
Date : 04 février 2018
Résultat : 46ème/400(11,5%)
Temps : 1h01'14'' 
Taux d’auto-satisfaction : 95%

Jamais la devise des Cormaris n’aura autant été justifiée, tant l’implication de tous aura fait de cette épreuve une réussite avec près de 1000 participants recensés.

En ce qui nous concerne, nous bénéficions d’un accueil VIP organisé par Manu le responsable du magasin Endurance Shop de Nantes. Nous avons même droit à une photo par Thierry Sourbier, le pape de la photo de Triathlon. C’est donc vêtu d’un magnifique T-shirt blanc et rose personnalisé, offert par le même Shop, que je m’élance aux avant-postes.

Je laisse partir la meute et reste au contact de la première féminine (pas très longtemps…). Les premiers kilomètres sont très roulants mais par la suite, les côtes, la boue, les pierres, les racines et les longues flaques rendent la tâche ardue. Je ne joue pas vraiment le jeu dans l’ascension de la côte de Pierres que je monte néanmoins honorablement. Au kilomètre 5, Cécile me dépose proprement. Malgré son envie de voir José me piler, Chuong m’encourage craignant certainement de terribles représailles. Les kilomètres se succèdent, un petit train de quatre coureurs me double, j’essaye de raccrocher les wagons mais rien à faire, je n’ai pas les watts.

Je maintiens mon rang, termine dans le même chrono que l’an passé mais perds 20 places au général, preuve que le niveau est de plus en plus élevé. Cécile est 1’ devant, José 3’ derrière, tout est bien qui finit bien. Comme l’an passé, Cécile est deuxième féminine et rapporte un magnifique trophée à la maison. Une douche, un bon repas chez Papa-Maman et retour à la capitale pour rattaquer le boulot dés demain.

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Comme au bon vieux temps

Course : Run & Bike de Versailles
Lieu : Versailles (78)
Date : 28 janvier 2018
Résultat : 15ème/114(13,2%)
Temps : 48'16'' 
Taux d’auto-satisfaction : 90%
Taux de satisfaction de mon équipier : 100%

Le Run & Bike de Versailles, c’est une institution dans le monde du Triathlon et plus exactement dans le monde du Triathlon de l’île de France. Un peu moins prestigieux que l’Ironman d’Hawaï, c’est malgré tout « The place to be » en ce début d’année 2018.

Pour runer et biker, il faut être 2 et cette année, j’ai convaincu Anthony de réformer la Dream Team qui avait déjà oeuvré sur la distance il y a quelques années. La stratégie de course est claire, Antho donne le Max à pied et je gère le VTT.

Les 114 coureurs casqués s’élancent, on n’y pense pas assez souvent mais courir avec un casque de vélo, ça a vraiment de la gueule ! Je guette Antho qui pointe rapidement sa blondinette barbiche. Je lui file le vélo et m’enfuie à grandes enjambées. Romaric se plaint d’un départ trop rapide, signe qu’il est en forme, sûrement est-ce Benoit sur son VTT ouvreur qui en a chauffé trois ou quatre.

Nous sommes bien placés, Antho a fait un 400m de rêve. À l’approche de la première difficulté cycliste, je récupère le Felt et met en pratique ma redoutable vélocité. Inversement des rôles, je cours, le temps me semble long, je cours, très long, je cours, très très très long, Antho se pointe et m’annonce qu’il a déraillé. Plus de peur que de mal, quelques secondes perdues mais rien de grave. Nous poursuivons notre ballet, tout est parfaitement huilé, Antho est solide comme un roc, nous dévorons les 12km en 48’ et décrochons une belle 15eme place.

Lucas et Remy, les Guillaume et Marco d’aujourd’hui terminent une poignée de secondes derrière nous, le Stade était bien représenté sur cette course, à l’image de Francky et Michaël qui montent sur la boite. Krilan gagne comme d’habitude, Léonie aussi, les versaillaises Caro & Cécile P. se contentent de la 2ème place et Charline et Walter font bonne figure. Un grand merci à Fabien, Xavier et leurs élèves du Lycée Marie Curie de Versailles qui ont permis le déroulement de cette belle épreuve et l’ont organisée de mains de maître.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Chat alors !

 

Course : Cross de Chaville
Lieu : Chaville (92)
Date : 26 novembre 2017
Résultat : 69ème/179(38,5%)
Temps : 39'05'' 
Taux d’auto-satisfaction : 90%

Pas de temps de chien pour ce dernier week-end de novembre, au contraire, un soleil éclatant et une température fraiche mais idéale.

Tout le monde est là, même ceux qu’on attend pas, la playmate du mois, Miss Cha Cha Cha, euh non, là je m’égare. Il y a Cécile, Antho, Fabien, Anne et Phil les Aristochats du XVème qui découvrent l’ambiance Cross et Olivier, un stadiste avec qui je fais connaissance. Il y a aussi une multitude de maillots Marcel aux couleurs des clubs d’athlétisme de l’Ile de France (Nanterre, Racing, Montrouge…).

Après un échauffement appliqué, je vais me positionner en première ligne. Coup de feu, les félins sont lâchées, je pars vite mais sans me cramer. J’aborde le single à ce qui semble être ma place, je ne suis pas gêné et je ne me fais pas doubler dans cette souricière.

Je gère le premier tour, au milieu du second, j’entends les bénévoles annoncer l’arrivée dans mon dos de la première féminine. J’espère que c’est Cécile, mon poussin, mais je ne me retourne pas.

Fin du second tour, une voix m’appelle au secours « Chéri, je n’en peux plus, je ne vais pas y arriver ». C’est Antho, mais non, je déconne, c’est Cécile que j’invite à me doubler. Elle passe mais contrairement à d’habitude, elle ne prend que quelques mètres d’avance et au fil des kilomètres cet écart ne grandit pas.

Je la garde à vue et j’échappe à ses griffes juste avant la ligne histoire de bien lui rappeler qui porte la culotte dans le couple. Déjà qu’ elle gagne la course féminine au scratch, elle ne va pas en plus me mettre minable devant mes potes !!!

C’est l’heure du bilan, Fabien est 4ème en 32’, Olivier 11ème en 33’, Antho 16ème en 34’, Cécile 70ème en 39’, Phil 102ème en 42’ et Anne 174ème en 56’.

Je termine en position érotique, 9 places et 40 » de mieux qu’en 2016 !

Tout le monde est content, on fait le plein de clémentines, Cécile reçoit son lot, une pelote de laine et un bol de lait et on rentre à la maison pour un brunch devant Téléchat , avec les copains, Tom & Jerry.

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Trail automnal en Morbihan

Course : Trail de St Nolff 
Lieu : St Nolff (56)
Date : 19 novembre 2017
Résultat : 106ème/589(18%)
Temps : 1h17' 
Taux d’auto-satisfaction : 90%

Dimanche 19 novembre, 6h30, je me réveille sous les yeux éberlués de Corto Maltese et David Bowie. Nous sommes à Nantes pour le week-end et les murs de ma chambre sont encore ornés des idoles de mon adolescence. Ce réveil à la fraîche est dû à notre participation au Trail de St Nolff dans la banlieue vannetaise. Nous sommes inscrits sur le 15km (ce sera bien suffisant) dont le départ sera donné à 9h30. On embarque parents et chiens dans la voiture et c’est parti pour le Morbihan.

Arrivés à St Nolff, le brouillard se dissipe laissant la place à un beau soleil, la température ne dépasse pas les 6 degrés, ça caille ! Sur la ligne de départ, j’arbore un magnifique bandeau aux couleurs d’Endurance Shop Nantes (Pub !), ça fait local et trailer ! Je suis en second rideau, je connais cette course déjà faite en 2013 et je sais que le parcours est vallonné et qu’il ne sert à rien de partir à balle. Je crois apercevoir Cécile mais rapidement, je la perds de vue, j’ignore même si elle est devant ou derrière. À mi-parcours, j’entends une voix familière qui me dit : « Je suis 6ème ». Je l’encourage en lui disant que la 5ème est juste devant et je l’invite à passer au pied d’une côte un peu trop raide pour moi. Je reste au contact de la nouvelle 6ème et nous rattrapons une jeune fille un peu en difficultés, je sais que Cécile sera minimum 4ème. Je trébuche à 2 reprises et manque de m’étouffer en avalant un gel sec. Dans chaque côte, mon cœur est au taquet comme en atteste mon suffer score Strava.

Dans les 500 derniers mètres, je pousse une accélération boltesque et laisse sur place ma partenaire de course. Au final, je la précède de 6 secondes et je me suis cramé les poumons. Je suis bon pour avoir une toux d’irritation pendant tout l’après-midi. Cécile a passé la ligne depuis 1 mn 35 et se classe 4ème féminine malgré une malheureusement récurrente chute. Après l’effort, c’est dans une crêperie sur le port de Vannes que nous allons chercher le réconfort, la galette Super Guéméné est une pure tuerie !!!

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

X-Duathlon Breton

Course : Vetathlon de Broons 
Lieu : Broons (22)
Date : 11 novembre 2017
Résultat : 26ème/50(52%)
Temps : 1h56'(36'05/1h09/11'06) 
Taux d’auto-satisfaction : 80%

Pour fêter l’armistice de la grande guerre, rien de tel qu’un Vetathlon à Broons ! Mais qu’est-ce qu’un Vetathlon ? Un Vetathlon, parfois également appelé X-Duathlon est une course enchainée Trail-VTT-Trail. Ici, les distances sont les suivantes : 8km de trail puis 18km de VTT et enfin, 2km de trail pour jeter ses dernières forces dans la bataille. Pourquoi Broons (prononcer Bron) ? Parce que ce n’est pas si loin de Nantes (150 bornes quand même), parce que les Bretons sont sympas et parce qu’à 18,50€ TTC l’inscription, on ne peut pas être déçu…

Petite parenthèse sur ce dernier point, au moment où les championnats du monde Ironman et X-Terra passionnent les foules triathlétiques et où certains s’émeuvent sur les réseaux sociaux de la hausse incessante des tarifs d’inscriptions à ces mêmes épreuves, le Vétathlon de Broons fait plutôt figure d’épreuve extra-terrestre. Alors, certes, ici pas d’arche d’arrivée spectaculaire, pas de battage médiatique, pas de merchandising, pas d’arbitres zélés mais une belle course, bien physique avec des personnes très sympathiques qui recherchent plus le plaisir des participants que les profits commerciaux. Et pour ceux qui vont me rétorquer que ce sont des courses pour nullos, qu’ils passent au crible les temps du vainqueur solo, un certain Gaël le Bellec, double champion du monde de duathlon Longue Distance en 2014 & 2015 (https://www.ouest-france.fr/bretagne/gael-le-bellec-la-nouvelle-sensation-du-duathlon-2815853), qui boucle l’épreuve en 1h30… Merci donc au Team Broons d’organiser ce type d’épreuves qui participent à la démocratisation de notre sport. Toute la beauté de notre sport est là, dans la diversité des épreuves, des formats et des organisations.

Arrivés à 12h sur site, nous sommes accueillis par les bénévoles qui nous orientent vers le champs-parking. Sandwich avalé, préparation des bikes et c’est parti pour l’échauffement. 13h40, on installe les vélos dans le champs-parc. Je porte le n°5 et entame une discussion des plus techniques sur les pneumatiques avec le n°1. Le mec est un VTtiste et il me recommande de diminuer ma pression, je lui fais confiance et m’exécute. Je fais profiter Cécile de ses conseils avertis.

13h59, les participants sont tous sur la route, de part et d’autre de la ligne rouge qui symbolise le départ. 3,2,1 partez, c’est la chenille qui redémarre ! Vent de dos pour peu de temps car rapidement demi-tour et vent de face, je pars piano pour une fois, Cécile est légèrement devant, je ne cherche pas à la suivre, concentré sur mon rythme. Une petite boucle de 2km puis nous empruntons la boucle de 6km que nous parcourrons 3 fois à VTT. Le parcours est généralement en mode single (tracé étroit fait pour un vélo uniquement), vallonné mais sans grosse difficulté technique. Je termine cette première session en 36’, à la 51ème place, solos et duos réunis.

Changement de chaussures et je pars vélo à la main. Je me fais alors doubler par plusieurs mecs qui sont bien calés sur leur selle, ici pas de ligne pour monter sur le bike, t’as ton vélo, tu montes dessus, qu’il est con le parigot, si ça continue il va se prendre la pluie sur la gueule.

Après quelques kilomètres, je rattrape Cécile, on échange quelques mots :

Moi : Laisse moi passer

Elle : Je suis tombée, je saigne

Moi : Ton poignet ça va ? Laisse moi passer

Elle : Oui mais j’ai mal au mollet et un peu partout

Moi : Ok, laisse moi passer

Bref, je passe.

Difficile de rouler sur ce parcours qui, s’il n’est pas dangereux est quand même technique du fait de son étroitesse et des nombreuses racines. Je suis limité par mon manque de technique mais néanmoins, je ne pose qu’une fois le pied au sol, je m’amuse bien même si physiquement, l’effort est beaucoup plus dur et cardio qu’en vélo de route. Lors d’un passage vent de face, un mec me double, il me demande si je suis solo (personne qui ne court pas en relais), j’acquiesce, il me propose de prendre sa roue, je ne me fais pas prier sachant que le drafting est autorisé, le Breton est solidaire. Je réalise le 68ème temps VTT en 1h09, pas extraordinaire mais pas ridicule non plus sur une épreuve qui rassemble beaucoup de spécialistes de la discipline.

Je suis dans le parc avec un solo et un duo, le solo part quelques secondes avant moi, le duo me frôle et me double comme une flèche. Je le laisse filer et fixe ma concentration sur le solo que je double rapidement. Pas d’autres cibles en vue, je jette un œil derrière, pas de menace, je gère donc mes 2 derniers kilomètres et réalise néanmoins le 44ème temps sur cette dernière partie.

 

Au final, je suis 64ème en 1h56 sur 119 solos et duos et 26ème solo sur 50. Cécile décroche la première place féminine en 1h59, devant les solos et les duos féminins. Elle a fait un joli soleil à vélo mais s’en sort avec seulement quelques ecchymoses.

Galette et vin chaud sont au menu du ravitaillement, l’ambiance est des plus conviviale et la remise des prix dans la remorque du camion ne manque pas de singularité.

Direction Nantes pour fêter ça avec les copains : « Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne, ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons !!! »

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un petit 10km pour garder la forme !

 

Course : Elle Run
Lieu : Boulogne (France)
Date : 15 octobre 2017
Résultat : 10ème/1.281(0,78%)
Temps : 41'17" 
Taux d’auto-satisfaction : 25%

Au programme de ce dimanche matin ensoleillé, un 10 kil en duo dans le bois de Boulogne. L’événement est organisé par le magazine Elle au profit de la Fédération Française de Cardiologie. L’idée est de sensibiliser les femmes aux maladies cardiovasculaires en leur rappelant que Tabac + Stress + Inactivité physique + Malbouffe n’est pas le cocktail idéal pour qui veut passer encore un peu de temps sur terre. On s’associe donc à la cause et on en profite pour se mettre la misère, avec Cécile, histoire de s’assurer que les nôtres de cœurs fonctionnent bien.

La stratégie est limpide, on reste ensemble et on s’encourage, même si le classement se fait sur le cumul des 2 temps. La CEO de Elle donne le départ, nous sommes tout devant et au bout de 400m, j’ai largué ma douce en partant à fond, comme un bourrin. Au 7ème kilomètre, Cécile me dépose, je suis en zone rouge et lui lance un peu glorieux « Vas-y, donne tout, calcule pas ! ».

Résultat, après quelques erreurs d’aiguillage et un footing qui a failli se transformer en bowling, nous terminons aux 9ème et 10ème places, premier duo d’un classement anecdotique qui ne sera jamais diffusé. Le speaker vient m’interviewer, sachant que je suis plutôt en vrac et je lui lâche ces mots sublimes que tout journaliste sportif rêverait de recueillir : « pfff c’est dur, hein hein, suis parti trop vite… ».

À bien y réfléchir, 41′ c’est pas un temps, objectif annoncé, repasser sous les 40 avant la fin de l’hiver !

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Ici c’est Paris !

Course : 20 km de Paris 
Lieu : Paris (France)
Date : 08 octobre 2017
Résultat : 990ème/25.523(3,9%)
Temps : 1h24'33" 
Taux d’auto-satisfaction : 80%

Dire que j’avais une envie folle de courir les 20 km de Paris serait quelque peu mensonger. En effet, je ne suis pas dingue de ce parcours fait de longues lignes droites et j’ai perdu le goût de ces courses qui rameutent plus de 25.000 personnes. Ajoutez à cela le fait que je vais louper la Cormaris Odyssée de mon pote Chuong et vous comprendrez que j’étais bien loin de l’euphorie au moment d’agrafer mon dossard.

Cécile, qui elle adore cette course, m’a néanmoins convaincu d’y participer avec nos amis Anne (première expérience sur la distance) et Phil (sportif du dimanche et spécialiste mondial du slip) que nous avons mis au fractionné lors du dernier mois de préparation.

Dimanche, 8h15 départ de Chaville, 8h30 dans le metro avec mon poncho en plastoc, 8h50 arrivée dans le sas des Préf 2, comprenez « bons mais pas tant que ça », quand Cécile est en Pref 1 alias « bons et qui sont pas là pour rigoler ». Quand les Préf 1 ont plein de place pour trottiner et s’échauffer dans les règles de l’art, les Pref 2 n’ont d’autre alternative que de faire de l’aérobic, sous les ordres de 2 bombasses hyper toniques qui s’agitent sur fond de musique techno. Derrière, les nullos, comprenez tous les autres, s’échauffent en chantant l’excellente chanson « Les sardines » de Patrick Sébastien.

10h, départ des élites (je les avais oubliés ceux la mais c’est un peu comme les nullos, ils ne servent à rien), suivis par les Perf 1.

3′ plus tard, je pars avec les Perf 2, des mecs commencent à me pousser et goûtent de mes coudes, c’est marrant comme ça calme les coudes… Un gus se glisse à ma hauteur et commence à me parler. C’est Thomas, l’ancien trésorier du Stade qui constate à la vue de mon maillot mon retour chez les rouge & bleu. Moins médiatique que le transfert de Neymar, mon retour au Stade rappelle celui de Riquelme à Boca Juniors, un moment de grâce, chargé d’émotion. Après avoir échangé avec Thomas sur nos ambitions respectives, – d’1h30 pour nous deux, nos chemins se séparent. La première et dernière côte est au début du parcours, elle passe donc facilement. Rapidement, Je constate que je suis en avance sur mon rythme prévu et même en dessous des 4’15 au kilo. Je vérifie à chaque kilomètre, au passage du 10ème en 41’32, désormais l’objectif est clair, ce n’est plus sous 1h30 mais sous 1h25.

Mon avance fond lentement au fur et à mesure que les kilomètres défilent, la stratégie de course est claire, facile jusqu’au 17ème et après, plus de calcul. Le problème, c’est qu’au 17ème, il n’y a plus grand chose à donner. Je serre les dents, cherche à allonger la foulée, ignore les photographes et passe la ligne sous les 1h25. Good Job !

Cécile m’attend, elle a aussi réalisé une bonne course en 1h25, sans se faire trop mal. Thomas atteint son objectif en 1h29, Phil boucle la distance en 1h36 et Anne est super fière juste au dessus des 2h. Elle a adoré cette première et est motivée comme jamais, prête à aller tâter de la piste tous les dimanche matin !!!

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire