Triathlon LD de l’Alpe d’Huez – 27 juillet 2011

Race report en 21 chapitres, montée de l’Alpe oblige…

1) 7h00 : le réveil sonne, il n’est plus temps de reculer, il faut y aller.
2) J’ingurgite le Gatosport qui vient compléter le Malto que je consomme abondamment depuis 48h. Anthony, Cyril et Jean-Loup restent sur une alimentation plus traditionnelle. 3) 8h15 : nous quittons la station avec un léger retard, la faute à Cyril qui apporte une attention toute particulière à la préparation de son package.
4) 9h00 : nous arrivons au lac du Vernet et là, à l’entrée du parc, Cyril se décompose et nous lâche un mémorable : « J’ai oublié ma puce !!! ». Une fois la panique passée, Cyril se reprend et se rappelle qu’il bénéficie de la double inscription. Coup de bol, le dossard 514 courra avec la puce 513.
5) 9h28 : nous nous mettons à l’eau, elle est fraîche (15°C) et nous remet immédiatement les idées en place.
6) 9h30 : la musique s’arrête, l’hélicoptère s’agite, le départ est donné. Bizarrement, j’ai de la place pour nager et j’en profite pour déployer ma technique de nage quasi parfaite (spéciale dédicace à Julien). Première bouée qui est un bateau, ça se resserre mais ça passe, 2nde bouée idem, 3ème bouée un coup de coude dans la mâchoire, je me mords la lèvre, c’est le jeu…
7) Le deuxième tour se passe sans encombre, je boucle la natation et retrouve Jean-Loup dans le parc, c’est bon signe !!!
8) 10h17 : j’enfourche le Trek et c’est parti pour 115km sous la pluie. Je me met immédiatement en mode gestion, je roule mais sans puiser dans mes ressources musculaires. Je me fais allègrement doubler par les furieux en vélo aéro et même avec casques profilés (si, si je vous assure il y en a…).
9) Arrive le col de l’Alpe du Grand Serre, il est agréable, régulier et avec des pourcentages modérés, bref sympa. Dans la descente j’entends un agréable « Dégage ou je te mets un coup de boule ». C’est Anthony qui me signale gentiment sa présence. Nous échangeons quelques mots puis je le laisse filer dans la descente.
10) Au pied du col d’Ornon, je dépasse Jean-Loup en pause technique. Je l’imite quelques instants plus tard et nous montons ce col ensemble, il est chaud le Jean-Loup !!! Au sommet, je squizze le ravito ou ravitaillo selon les courants philosophiques, plonge dans une brume à couper au couteau et abandonne l’ami Jean-Loup.
11) Quelques coups de pédales plus loin, la course commence vraiment, nous sommes au pied de l’Alpe, la route est jonchée d’encouragements à destination des champions du tour, pas de doutes, nous sommes en train d’écrire l’histoire ;O) Je fais la montée tranquillement en environ 1h15 et gagne de nombreuses places sur des triathlètes qui se sont visiblement vus trop beaux… Pendant ce temps, Anthony tape la discut avec ses compagnons de route, l’un d’entre eux lui proposera de faire un calendrier à l’identique de nos collègues rugbymen, idée à soumettre à notre président vénéré. A l’approche du sommet, une supportrice me lance « Allez, bravo, c’est bientôt fini », avant de se reprendre et d’ajouter « avant la course à pied… »
12) 15h39 : la pluie est toujours des nôtres. Je pose le bike (pas mécontent) et chausse mes baskets. C’est parti pour 3 tours de 7,33km. Les 2 premiers tours passent sans encombres, je croise Anthony qui a quelques minutes d’avance et je me mets à rêver d’un troisième tour euphorique. Je cours tout le temps, y compris dans les côtes, bref j’ai la patate !
13) Arrive la fin du second tour et là, mon euphorie se transforme en gros coup de barre, le dernier tour s’annonce compliqué. Je marche dans la première côte caillouteuse et boueuse (si, si ils ont osé nous faire ça) puis reprend mon rythme. J’alterne course et marche dans la seconde côte et me lance dans la dernière descente avec la ferme intention d’en finir.
14) 17h40 : je suis le 288ème à passer la ligne en 8h09’49 », Anthony m’a attendu, il a l’air aussi cassé que moi mais partage le même bonheur : « WE DID IT!!! »
15) Direction le ravito et les massages (un mal pour un bien…).
16) 18h30 : Anthony & moi récupérons notre matos et filons à la douche.
17) Jean-Loup, Olivier et Cyril profitent à fond de la course et terminerons à quelques encablures des Champions.
18) 21 :22 : c’est l’heure de la récupération et surtout des pizzas (quel bonheur de manger du salé après une journée passée à ingurgiter des barres et autres boissons sucrées)
19) 21 :30 : ça galope, ça galope ! le dernier concurrent passe la ligne d’arrivée, gloire à lui, il l’a fait, quel mental !!!
20) Débrief de la journée, tout le monde semble content de sa course, Anthony et Cyril sont prêts pour Embrun, maintenant il n’y a plus qu’a…
21) 22 :30 : c’est l’heure du coucher, le meilleur moment de la journée ?

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Triathlon LD de l’Alpe d’Huez – 27 juillet 2011

  1. Renaud dit :

    A relire, c’est comme de vive voix, ça fout les choquottes !!! Désolé pour la deuxième super-visite de St Jean de Monts, mais le première était déjà très exigeante pour moi ! Bonne prépa et rdv à La Baule !!! Renaud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s