Iron Man 70.3 Mallorca – 12 mai 2012

Pourtant, ça partait mal… Mardi 9 mai, 16h, aéroport d’Orly, Cécile et moi nous présentons au comptoir d’enregistrement Ibéria, direction les Baléares. A nous le soleil, la mer bleu azur, les températures estivales, les cervezas et autres tapas! A nous l’Iron Man 70.3 de Mallorca! J’ai la banane, tout va bien, je tends ma carte d’identité à l’hôte d’accueil et là, celui-ci me lâche : « Monsieur, vous n’allez pas pouvoir voyager aujourd’hui, la date de validité de votre carte d’identité est dépassée ». Je le regarde, quel blagueur, c’est pas possible, je vais le tuer, quel blaireau je fais, toutes ces pensées se mélangent dans ma tête. Je regarde ma montre, il reste 2h30 avant le décollage de l’avion, une seule solution, faire l’aller retour Orly-Paris pour récupérer mon passeport qui je l’espère est lui, valide. Je laisse les bagages en plan à Cécile qui a la bonté de ne pas me massacrer immédiatement. Je grimpe dans un taxi et j’explique à mon pilote (car oui, j’attends de lui qu’il se comporte en pilote!!!) la situation. Mon taxi driver est plutôt détendu et zen, il me fait la morale : « Pourtant, c’est bien précisé, quand vous réservez votre billet qu’il faut vérifier la validité de vos documents et patati et patata ». Mes instincts meurtriers reviennent, je décide de l’épargner et de lui faire confiance, je le guide et lui dit d’avancer, je suis tellement stressé qu’il me lâche : « Je ne peux pas avancer car il y a des gens devant ». Et alors? Finalement j’arrive chez moi, je récupère le graal qui est HEUREUSEMENT valide et nous repartons pour Orly. Nous bouclons l’AR en 1h, performance honnête, l’enregistrement est toujours ouvert, nous partons à Majorque!!! Mercredi, jeudi et vendredi, sont destinés à l’acclimatation et à l’entraînement, cette course n’est pas l’objectif de la saison mais une étape vers Nice, ce qui signifie qu’on aura un rythme tempo et non soutenu, les initiés comprendront. Vendredi matin, nous partons, accompagnés de Guillaume, Pierre et Christophe reconnaître la principale difficulté du parcours vélo, un col de 8km à 5,5% de moyenne. Comme d’habitude, je pars à poil, pas de boyau de rechange, pas de pompe, pas de démonte pneus et bien sûr, … je crève. Heureusement, Pierrot l’Expérience est là et me dépanne d’un boyau qu’il change même de ses petites mains car je ne sais évidemment pas le faire. Après avoir effectué les 60 bornes avec les 2 derniers pignons inaccessibles et un boyau pas encollé, je trouve un magasin de cycles local où un mécanicien hors pair va mettre fin à tous mes tracas, allant même jusqu’à changer mon câble de dérailleur et tout ça, gratos! A la veille d’une course, effectuer tous ces bricolages est vivement recommandé!!! Peu importe, je dépose mes 3 sacs (Swim, Bike, Run) et mon vélo dans un parc constitué à 90% de Contre La Montre, valeur estimée 10 Millions d’euros (un truc de dingues!!!).

Samedi matin, 5h45, le réveil sonne, direction le petit dèj puis le parc à vélos. Derniers préparatifs pour Cécile qui part dans la vague de 8h10. Je ne pars qu’à 9h, ce qui me laisse le temps de m’échauffer et de parfaire ma Grosse technique de Nat. Mis en confiance par cette mise en bouche, je décide de partir en 2ème ligne. C’est audacieux mais je dois assumer mon statut de Star des bassins!!! Le départ est donné, je mange, re-mange et re-re-mange. Après quelques brasses afin de me remettre la tête à l’endroit, je choppe des pieds et réalise un chrono miracle de 36′. Pierre est toujours dans l’eau, cool, si je crève il me balancera son boyau car bien sûr je suis encore en mode autonomie Zéro.

J’attaque le vélo en buvant et dévorant une succulente Powerbar cafeinated coconut (je n’en peux plus des Powerbar…). Le vélo se passe bien, je double beaucoup sur le plat et dans le col, je me fais peu doubler dans la descente même si ma technique est encore très approximative. Dans les derniers kilomètres, je fais le yoyo avec un Espagnol prénommé Enrique qui se fait abondamment sucer la roue par Paul l’américain. J’hésite à lui lancer un : « Paul, you’re a fucking drafter! » mais je me ravise car je ne connais pas son niveau en cap.

Je pose le vélo et attaque le semi sous ce merveilleux soleil qui fait monter la température aux alentours des 30°C. Les jambes sont bien mais l’envie n’est pas là. Après une première boucle (il y en aura 3 à parcourir), l’envie revient et j’arrive à augmenter l’allure. Je croise mes amis stadistes qui affichent des attitudes plus ou moins sereines. C’est agréable et ça casse la monotonie de la course. Je ne loupe aucun ravito et je prends un gel Gü à chaque boucle. Les parfums sont différents sur l’emballage mais dans ma bouche ils ont tous le même goût de « ras le bol de bouffer ces trucs ». La ligne d’arrivée se profile, Cécile et Guillaume m’attendent, nous posons pour la photo finale. Rendez-vous le 24 juin pour THE RACE!

Ma course : 5h09 / Swim : 36′, Bike : 2h46′, Run : 1h37′ /  41ème dans ma caté et 268ème au scratch

Leurs courses : Cécile 5h21 avec le 2nd chrono à pied de sa caté, Amazing Felicity 7h24 avec une classe inégalable même dans les derniers mètres, Guillaume 5h03 tout simplement l’Homme du jour, Laurent 5h07 avec de gros temps Nat et Vélo, Christophe 6h25 avec le sourire et des transitions records, Pierre victime d’une insolation ne terminera malheureusement pas l’épreuve.

Merci à Alison pour les photos et les encouragements, merci à Mélanie pour les encouragements.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Iron Man 70.3 Mallorca – 12 mai 2012

  1. Mélanie dit :

    Bravo à Cess & toi pour vos courses respectives et c’est clair que c’est vraiment ballot pour ta carte d’identité… 🙂 Bon courage à vous 2 pour la dernière ligne droite avant Nice!! ça va le faire, c’est sûr!! @+

  2. Renaud dit :

    Je ne sais pas ce qui est le plus remarquable : ta perf’ sportive, ou ta perf’ journalistique avec ce rapport « presque live » … c’est simple, je m’y suis vu (c’est virtuel, bien sûr … Renaud sur un iron-man, t’y penses même pas en rêve !). J’imagine que c’est ce qu’il faut faire pour l’iron Niçois ! So Nice, So Nice !!!!!!

  3. olivier dit :

    Salut,

    Je vais participer en mai au 70.3 à Mallorque. Quel type de velo tu preconise? Normal avec roues aero et prolongateurs ou velo contre la montre? J’ai les 2 mais j’hesite encore car il y a quand la longue montée…
    Merci de ton avis!

    Olivier.

    • antoinepassat dit :

      Salut Olivier,
      J’ai fait l’édition 2012 avec un Cervélo P3 et des Zipp 404 et je n’ai regretté à aucun moment ce choix. Si tu as vraiment un gros gabarit (>85kg) et que tu n’es pas à l’aise en descente avec ton chrono, prends ton vélo classique, sinon n’hésite pas et prends ton chrono. Il y a une descente technique, la côte du 20ème kilo n’est pas monstrueuse et il y a beaucoup de plat et souvent du vent… Bonne course et peut-être à bientôt. Ciao. Antoine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s