Tristar 111 Monaco – 3 septembre 2012

Samedi 2 septembre, nous arrivons à Monaco sous un ciel bien gris. Nous reconnaissons les 20 premiers kilos sous la pluie. Le moral est au plus bas, les chaussures trempées, on va se geler demain et en plus les descentes seront ultra dangereuses sur cette route humide et grasse. 06:00 dimanche, la pluie a cessé mais le vent s’est invité, un moindre mal ! Première expérience sur ce format qui comprend 1km de natation, 100km de vélo et 10km de cap. Parc à vélo, derniers préparatifs puis direction la plage du Larvotto. Cécile et moi nous plaçons en seconde ligne, dans l’axe de la première bouée. Le prince Albert donne le départ, c’est dense, très dense, j’ arrive rapidement à la bouée, c’est hyper dense, à tel point qu’il est impossible de nager. Je barbotte, je brassouille, c’est naze, le cœur monte, la respi est contrariée. Je passe finalement la bouée, une mini ligne droite, la 2ème bouée, quelques coups de bras et hop, je sors de l’eau en 12’. Après réflexion et discussion, il semblerait que les 1000m ce soient transformés en 750m ou alors j’ai vraiment progressé ces derniers jours… Transition 1, j’enlève la combi, chausse casque et maillot et file récupérer mon vélo. J’enfile mes chaussures quand Cécile arrive. Elle me dit des mots doux : « Y avait pas mon T-shirt dans le sac de transi, j’ai ni lunettes ni pit-stop, c’est vraiment la Merde ! ». Je ne réagis pas. Nous sortons ensemble du parc et elle me dit qu’elle doit être dixième féminine. C’est plutôt une bonne nouvelle ! Nous partons pour faire le parcours vélo à vue et non ensemble. En effet, le drafting est interdit et nous avons des numéros de dossards successifs (183 et 184), ce qu’a bien repéré une arbitre zèleuse qui ne nous lâchera pas de toute la course. Nous remontons les filles les unes après les autres, j’ai l’impression d’être dans la peau d’une blonde, je demande aux spectateurs combien il reste de filles devant. Nous sommes au 20ème kilo et Cécile est désormais 2nde féminine de la course, elle joue au chat et à la souris avec une Pro et finalement prend le large. A peine débarrassée de cette fille que nous appellerons la verte, une autre arrive, que nous appellerons la bleue. Une moto équipée d’un pilote et de son caméraman se porte alors à la hauteur de Cécile et vas-y que je te la filme pendant des heures et des heures. Je me dis que mon tour va venir et j’en profite pour soigner mon look. Finalement, le caméraman lâche sa caméra et la moto s’éloigne. C’est décidé,  je m’inscris aux Chiens de Garde, ras le bol de ce féminisme à 2 balles !!! Revenons-en à la course, dans une descente sinueuse, Barbara déboule pleine balle,  on la regarde sans réagir, quelques virages plus loin, on retrouve Barbara à côté de son vélo sur le bord de la route, le bras en sang. Tu allais trop vite, Barbara… Toujours pas de première en vue, la bleue s’accroche quand soudain une autre Barbara nous double en position aéro. Style bucheron mais sacrément efficace, on se regarde : elle sort d’où celle là ? Point de situation, Cécile est désormais 3ème, avec la bleue dans sa roue. Un pourcentage plus fort, Wonderwoman, s’énerve et dépose la bleue.On se croit tranquille, il reste une vingtaine de kilos quand soudain, la verte se ramène avec son vélo de chrono, son casque à pointe et ses 808, un pouce levé vers Cécile et elle trace sa route. La Stadiste accuse un peu le coup et à vrai dire moi aussi, elles commencent à me fatiguer toutes ces gonzesses !!! Transition 2, ma Chérie est toujours aussi attentionnée, elle me lâche un touchant « J’ai mal au bide » et file courir son 10 bornes. Je sors alors mes superbes running jaunes NEUVES (à ne pas faire, ampoules garanties, l’erreur du débutant… ou du crétin) avec des magnifiques lacets noir/argent et m’élance sur les pas du chamois savoyard. Je la rattrape, je la double même pour éviter qu’elle ne s’endorme et au milieu de la première côte (500m à 10%, ça calme vos ardeurs, surtout qu’il faut s’y coller 3 fois), je ressens une douleur dans le quadriceps gauche. Je laisse passer la kenyanne blanche et je lui dis que je ne pourrai pas suivre aujourd’hui. Elle s’envole lentement mais sûrement pour aller s’échouer 24’’ derrière Barbara 2 et empocher une belle 4ème place au scratch féminin (avec 2 pros devant elle), une première place dans sa caté et un Top 100 au général. Je termine pour ma part 5ème féminine mais bizarrement, je ne suis pas convié sur le podium (ben oui, sur un Tristar, il y a des podiums à 5 places, c’est pas de la rigolade!!!). Ah si, dernier détail, Cécile a gagné un casque de chrono à la loterie Tristar, ça va faire mal sur l’anneau de Longchamp !!! Prochain et dernier tri le 23 septembre…

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s