Traversée du lac d’Annecy (2400m) – 15 août 2013 – GROS NAGEUR!!!

annecy 2013 (19)Quelque peu échaudé par ma dernière performance en triathlon (cf. l’Alpe d’Huez), j’avais décidé en ce 15 août de me consacrer à ma discipline de prédilection : la NATATION.

Tous les gros nageurs du Stade étaient présents pour cet évènement incontournable, Louise, Alexandre mais aussi Adélaïde, Héloïse, Christophe, Clément (stadiste un jour, stadiste toujours), Philippe, Romain et bien sûr Cécile.

Le cadre est magnifique, l’eau est à température idéale (21° environ) et le soleil omniprésent. L’heure du départ n’est pas prohibitive puisqu’elle est fixée à 10h30, tout est au Top.

Petit rituel d’avant-course, un espresso au bar de la plage puis j’enfile bonnet, lunette et combi avant de me jeter à l’eau. Là, les licenciés des clubs de natation ont des bonnets roses quand nous les triathlètes et autres nageurs de bas étages portons des bonnets violets. (on ne mélange pas les torchons et les serviettes!)

Je me place dans les pieds des bonnets roses avec la ferme intention de ne pas les lâcher. Le départ est lancé et je donne tout. C’est serré jusqu’à la première bouée puis les espaces se créent. Je n’ai plus grand monde autour de moi, pas de pieds à prendre, je suis concentré, garder le cap, prendre de l’eau. Finalement, je trouve un camarade de nage (Phelps, Thorpe, Manaudou, Bernard, difficile de le reconnaître dans l’eau…). Je claque l’eau façon Malory, fallait pas me chercher ce matin, ma nage n’est pas des plus fluides mais elle s’avère efficace. J’arrive au bout de mes 2400m, avec la sensation de m’être vraiment donné à fond. Je regarde autour de moi, il y a des mecs avec de bonnes bedaines, des jeunettes en maillots de bain fluos mais il y a surtout pas mal de bonnets roses.

Je sors et croise mon partenaire de nat, un illustre inconnu qui me donne notre temps 42’20 et me dit qu’il est déçu car il visait moins de 40′. J’essaye de le rassurer en lui parlant trajectoires et forme du jour. Ca n’a pas l’air de marcher, il est en fait un peu carbo et n’apprécie que moyennement le passage de l’horizontale à la verticale. Il trébuche sur l’escalier permettant de rejoindre la terre ferme, victime selon lui du mal de terre.

Perception du magnifique T-shirt de finisher et là, je ressens une sensation nouvelle, un besoin soudain de s’étirer les bras. Ca y est, j’ai compris, ce que signifiait « se faire mal » dans l’eau et peut-être une toute petite partie des mystères qui entourent ce sport.

Quelques minutes se passent et les résultats sont déjà affichés. Je constate mon excellent classement, 141ème contre 313ème l’an passé et près de 4’30 de gagné. Cécile reste également sur une bonne dynamique après Angers, l’Alpe et Wiesbaden en gagnant 9′ sur l’an passé où elle avait pris l’option « visite du lac ».

Le meilleur stadiste est Alexandre avec un chrono de 39’32 (sans combi s’il vous plait) et une 75ème place au scratch.

Après l’effort, le réconfort autour d’un pique nique convivial entre stadistes, que du bonheur, ça sent bon les vacances!!!

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s