Ironman 70.3 Rapperswil Jona – 7 juin 2015

JoliEn ce dimanche 7 juin, nous aurions pu aller à Deauville mais c’est vraiment trop bling-bling ! Nous aurions pu choisir Doussard mais Cécile est black-listée et en plus, quand on veut drafter, on choisit plutôt des formats S … Kraichgau en Allemagne était également une possibilité mais il y avait trop de stadistes ou anciens stadistes, il faut savoir couper le cordon ! Finalement, Rapperswil-Jona est apparu comme une évidence. Non pas parce que nous avons confondu Jona avec Kona mais parce que la Suisse c’est beau, parce que vu leur réputation, les Suisses vont certainement aborder cette course comme une balade estivale et surtout parce que se taper 14 heures de bagnole en 3 jours, ça ne se refuse pas.

Arrivės sur place, nous tombons sous le charme des lieux. Cette partie du lac de Zurich est vraiment magnifique. Nous accomplissons les démarches administratives dès le vendredi et déposons vélo et sacs dès le samedi midi, ce qui nous libère l’après-midi. Petit entraînement natation en trifonction, l’eau est super bonne, que du plaisir !

Le matin de la course, notre logistique est au top, tout s’enchaîne sans accroc.

Dans le parc, je croise Stefan, le Boss de Chuong a qui j’avais mis une fessée il y a 3 ans de l’autre côté du lac sur un format CD. Depuis, le lascar est devenu addict au triathlon et s’entraîne comme une brute, je sais qu’il va me mettre minable et je la joue donc profil bas  « fatigué, un peu malade, motivation dans les chaussettes, matériel pas au top, météo défavorable, règles douloureuses… ». Le mec conclut notre échange par un : « Je regarderai tes temps ! »
Sortie NatMise à l’eau des différentes vagues, je pars dans la dernière, 1h15 après les pros, ce qui n’est pas forcément un avantage… Je la joue humble et pars en seconde ligne. Au bout de quelques mètres un blaireau me bloque la route, qu’est-ce qu’il fait devant ce nageur de pédiluve ? Je ne m’énerve pas et l’évite calmement. Je prends les bonnes trajectoires comme l’attestera mon Garmin, sans me soucier des autres qui prennent parfois des chemins de traverse. Je sors de l’eau en 35’, exactement dans la même minute qu’à Aix un mois plus tôt. Si il y a bien un sport ou j’ai progressé et où je suis régulier, c’est bien celui-ci.

Bike Cool

Transition à la cool, j’enfourche le vélo et pars pépère, prenant le temps de me ravitailler sur les premiers mètres. Un gus me gueule dessus, me demandant de serrer à droite. Je l’engueule en lui rappelant qu’il ne joue pas sa vie. Après réflexion, je pense que c’était un pro qui était en train de me mettre un tour dans les dents. Le parcours vélo est beaucoup plus vallonné que prévu et vu mon état de forme, le vélo de chrono s’avère plus un handicap qu’autre chose. J’ai l’impression d’avoir une planche à pain entre les jambes, je ne prends pas de plaisir et mes qualités de grimpeur ne sont pas du tout exploitées, je n’avance à rien. Je termine le vélo en 3h05, soit exactement le même temps qu’à Aix…
Cocottes
Transition très à la cool, je pars en allure footing lent, il fait très chaud et je n’ai qu’une idée en tête courir pendant 21 km. Je fais le premier tour tranquillou en ne marchant que lors des ravitaillements où j’adopte l’éponge style qui consiste à se coller 2 éponges de part et d’autre du maillot. Je me sens bien, il reste environ 8 km à parcourir et je me dis que je peux enfin accélérer. Je double les mecs à la pelle et je commence à compter ceux que je double. Arrivé à 20, je me fixe pour objectif d’en doubler 100. Mon esprit est focalisé sur ce challenge concon. Au final, je double 108 concurrents et boucle le semi en 1h 55 avec zéro problème digestif et la sensation d’avoir juste fait une bonne sortie longue.

 

Je termine la course en 5h48 soit 15mn de moins qu’à Aix. Content de ma nat, rassuré sur ma Cap mais avec le sentiment d’être complètement passé à travers à vélo…  Petit signe du destin, je me classe 1235ème soit exactement la même place qu’à Aix. Cécile me colle 30’, sortant un énorme semi en 1h36, avec des chaussures trop petites, ce qui lui vaudra de magnifiques ongles bleus, sans passer par la case Nails Bar. Stefan croisé au départ fait 15ème de sa catégorie en 5h01, le petit Suisse s’est transformé en ogre !


Place maintenant aux « petites » courses, à commencer par le Championnat du Monde Sprint qui se déroulera à Mesquer ce week-end (vu le nombre de potes sur la start-list, ça vaut bien l’appellation Championnat du Monde…). Je me ré-alignerai sur la distance 70.3 en août pour la première édition du Half Ironman du Mont-Blanc qui s’annonce superbe !

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s