Comme un poisson dans l’eau !

logo-topCourse : 5.000m Natation Eau Libre
Lieu : Lac d’Annecy (74)
Date : 15 août 2015
Résultat : 125ème / 279 (44,80%)
Temps : 1h30’19
Taux d’auto-satisfaction : 99%

Après m’être aligné pendant 3 années sur le 2.400m, cette année, j’ai décidé de tenter l’aventure du 5.000m. Je ne peux pas dire que je suis terrifié par la distance mais étant donné que je ne l’ai jamais réalisée, j’éprouve néanmoins une petite appréhension. Pour combattre cette situation, rien de tel qu’un entrainement de choc!
Sur les 28 derniers jours, j’ai nagé 22 fois. Pas forcément de très longues distances mais une astreinte à aller barboter dés que l’occasion se présente. D’autre part, je sais que sur cette épreuve qui compte pour la Coupe de France de la FFN, il va y avoir beaucoup de « vrais » nageurs et que si je ne suis pas au Top, je vais prendre très cher.

5h30, réveil TRES matinal, gateausport, café, yaourt, jus de fruit et c’est parti pour faire la route qui relie Albertville à Annecy. Le temps est maussade mais la pluie s’est enfin arrêtée. L’eau est chaude (autour de 22°) mais j’ai fait le choix de nager en combinaison vu l’avantage évident que procure cet accessoire. Je retire mon bracelet et mon bonnet, une jeune fille me marque à l’épaule et sur les deux mains. Je retrouve Vincent, un ancien collègue du Stade Français. Le mec nageait bien mieux que moi en piscine et il a déjà une bonne expérience sur 5.000 et même 10.000). Il m’annonce qu’il vise les 1h30, ça me semble légitime. Pour ma part, ce serait plutôt 1h40.

Briefing d’avant-course, 124 personnes concourent pour la Coupe de France (il faut être licencié FFN ou FINA et avoir une combi homologuée), le directeur de course annonce qu’il va faire l’appel de toutes ces personnes pour notamment vérifier leurs tenues. Les 155 autres sont également licenciés à une fédération affiliée FINA, à la FFTRI ou à la FF Handisport. Le parcours est simple, on part tout droit jusqu’à une bouée située à 200m puis virage à droite à 90°, tout droit pendant 2400m, virage à gauche à 90° et tout droit pendant 2400m.

Le départ est donné, je sais que je dois rester au maximum au contact, pour bénéficier de l’aspiration, sans pour autant me griller. Première bouée, je suis dans la masse mais devant, c’est déjà très loin. Je me trouve à côté d’un mec qui nage à mon rythme, ça dure pendant quelques minutes puis il prend un léger ascendant. Je décide de me mettre dans son sillage, lui prendre les pieds dans notre jargon. Le mec va bien, je vérifie le cap de temps en temps, ça me semble parfait. Le rythme est soutenu, il me faut régulièrement faire l’effort pour garder le contact mais je sais que c’est la condition sine qua non à la réussite d’une bonne course. Nous doublons pas mal de mecs, vraisemblablement partis trop vite. Mon poisson pilote passe large à chaque fois et accélère pour que le mec ne s’accroche pas. Il ne risque rien, j’ai pris la place de la caravane depuis un bon moment. Je le suis jusqu’aux 100 derniers mètres et là, c’est le sprint final, je lâche les watts, baisse la tête et ne pense qu’à une chose, aller taper la plaque. Résultat, impossible de savoir qui était ce mec, je n’arrive pas à l’identifier parmi les nageurs qui m’entourent. C’est con car j’aurais vraiment aimé le remercier.

Au final, je boucle la distance en 1h30, c’est 10’ en dessous de ce que j’imaginais, je suis hyper content et en plus, je me sens vraiment bien, j’ai pris un énorme pied (humour!) pendant toute cette course dans une eau juste parfaite! Je suis 125ème sur 279 au scratch. Je suis ravi même si secrètement je rêvais d’un top 100. Cette course, référence pour moi, restera comme une de mes meilleures performances.

Une jeune femme signe des autographes et enchaine les selfies à l’arrivée, je me renseigne, il s’agit d’Aurélie Muller, Championne du monde à Kazan sur 10.000. Un peu plus loin, Axel Reymond, Champion d’Europe 2014 du 25km (le mec de la super vidéo qui tourne sur le net et accessible ici) se prête également au jeu des photos. Il termine 2ème de l’épreuve derrière un certain Romain Beraud. Quand je vous dis qu’il y a du niveau sur cette course! Vivement 2016 pour remettre ça !!!

Cécile qui a subi ma boulimie de natation fait également une belle course sur le 2.400. Elle gagne 62 places et 6’ par rapport à l’an passé et tout ça sans réussir à bénéficier de l’aspiration d’autres nageurs. Bravo ma sirène !

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s