Duel de potos en eau libre

Defis Quiberon
Course : Les Défis Quiberonnais (3 et 7,5 km)
Lieu : Quiberon (56)
Date : 30 et 31 juillet 2016
Résultat : 3 km : 124ème / 220 (56%) et 7,5 km 115ème / 179 (64%)
Temps : 54’ 49’’et 2h16’02 ‘’
Taux d’auto-satisfaction : 90%

Rien de tel pour commencer les vacances qu’un week-end consacré à la natation. Pour cela, nous avons choisi les Défis Quiberonnais qui pour leur seconde édition ont obtenu le label « Etape de la coupe de France de Natation en eau libre ». Ce détail n’en est pas un car il augure d’un plateau relevé. Ca tombe bien, j’adore me confronter aux meilleurs ;O)

Le programme du week-end est chargé, Cécile participe au « Défi des phares » (1,5 km, départ à 14h) et au « Défi du Carl Bech » (3 km, départ à 16h) quand pour ma part, je participe aux « Deux Défis », composés du « Défi du Carl Bech » et du « Défi des Deux ports » (7,5 km, départ le dimanche à 11h).

Samedi 14h, Cécile part pour ses 1,5 km qu’elle boucle en 28’25 se classant 52ème sur 77. Performance honorable, d’autant plus qu’elle traine toujours une blessure à la main.

Samedi 16h, nous partons pour les 3 km du Carl Bech. Première bouée jaune sans encombre, au passage de la seconde, ce n’est plus la même limonade, nous prenons le clapot en pleine tronche, je pense à Cécile qui va sûrement prendre cher. Effectivement, elle prend cher et en plus se fait engueuler par un kayak qui essaye en vain de l’orienter. Elle arrive néanmoins à passer la ligne après 1h17 en 209ème position, juste derrière une nageuse en totale perdition. Elle peut s’estimer heureuse de ne pas avoir pris un coup de pagaie mais nul doute que personne ne connaît aussi bien qu’elle les fonds de la baie. Je réalise une course correcte en 54’, l’essentiel étant avant tout de prendre ses marques avant le morceau de choix du lendemain. Jean-Louis, triahlète versaillais, martinico-breton, signe un joli chrono en 44’. Axel Reymond, double champion d’Europe du 25km et recordman de l’heure avec près de 6km, qui avait le rôle principal dans le magnifique Intérieur Sport Eau Libre de Canal Plus, survole la course en 35’.

En rentrant à l’hôtel, nous croisons le dit Axel. Cécile lui balance que nous sommes fans de lui et que nous avons regardé en boucle son Intérieur Sport. Le mec est hyper souriant, touché par cette déclaration et respire l’humilité.

Dimanche 11h, José, m’a rejoint pour le 7500m du « Défi des deux ports ». Il ne part pas dans l’inconnu car il avait déjà bouclé l’épreuve en 2h20 en 2015. Il fait donc figure de favori dans le duel qui va nous opposer d’autant plus qu’il sort généralement de l’eau avant moi sur triathlon. Jean-Louis et quelques Cormaris sont aussi de la partie. Dés le départ, je perds les pieds de José. Les bouées s’enchainent, le courant nous est favorable, je me fais un coup de flip à la 3ème bouée que je passe in-extremis, ayant visé un peu trop à babord (et oui, sur l’eau il n’y a pas de droite et de gauche, il y a tribord et babord, tenez-vous le pour dit, MERDE !). Ravito au niveau de la 5ème bouée, il en reste 2, je me dis que ça sent bon. C’était sans compter sur un clapot et un courant contraires entre les bouées 6 et 7 qui me font puiser dans mes dernières forces. 7ème bouée passée, il ne reste plus qu’un bord à tirer pour franchir la ligne. Je jette un œil derrière moi, deux mecs reviennent comme des balles. Hors de question de perdre stupidement 2 places, je passe en respi 2 temps et termine en sprint en bon bourrin orgueilleux que je suis. Je frappe la plaque à la barbe de mes poursuivants. La bénévole peine à voir mon numéro et me demande de le confirmer, ce que je fais sans me faire prier lui montrant même mes 2 mains marquées du numéro 97 . Retour en position verticale, ça tangue un peu, Cécile est là pour me féliciter, Jean-Louis m’a collé 26’ et se classe 1er triathlète.

Je cherche José en vain, je prends quelques fruits secs et morceaux de banane, je discute un peu, je me désaltère et là j’aperçois mon Jojo encore tout mouillé en discussion avec une fille vraisemblablement attirée par son physique flatteur (Je déconne Hermine !!!). Je le regarde et je vois la peur dans ses yeux, il refuse d’accepter l’inacceptable, il sait que ce jour restera à jamais gravé dans les annales du sport français, il me lâche cette petite phrase révélatrice du désespoir qui l’envahit : « T’es la depuis longtemps ? ». Conscient de la douleur psychologique qu’il subit, je tente de détendre l’atmosphère et lui lance : « Je ne sais pas, peut-être 30’ ». Au final, je ne l’aurai précédé que de quatre minute, grâce vraisemblablement à des trajectoires mieux négociées. Je sais que José est meilleur nageur que moi mais la beauté du sport c’est justement que la logique n’est pas toujours respectée et que le challenger peut toujours battre le favori (surtout quand le favori porte le bonnet 13). Médite cette phrase Chuong, médite …

Enfin bref, je suis CHAMPION DU MONDE, mec, je fais modestement 3 fois le tour de la zone de ravitaillement les bras en l’air puis nous allons nous restaurer sur le bord de mer.

Du côté des vrais nageurs, Axel Reymond a remporter ce « Défi des deux ports » en 1h24, c’est juste énorme, il améliore de 6’ le record de l’an passé. Bravo Champion !!!

Lundi soir, les résultats sont enfin affichés sur le site des Défis Quiberonnais. Je constate que les 2 mecs qui me talonnaient à la fin des 7500m sont passés devant, faute vraisemblablement de la bénévole qui n’arrivait pas à voir mon numéro. Ne vous inquiétez pas les mecs, j’ai fait la modification dans ma fiche de course !

 

 

 

 

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s