Un premier Xterra dans la douleur

Course : Xterra Greece (1.5/30/10)
Lieu : Vouliagmeni 
Date : 30 avril 2017 
Résultat : 98ème sur 138 arrivés(71%)
Taux d’auto-satisfaction : 50%

25 décembre 2016, au pied du sapin de Noël, la petite Cécile ouvre des grands yeux devant ses cadeaux. Parmi ceux-ci, une inscription au XTerra Grèce attire tout particulièrement son attention. Nous nous entraînons depuis plusieurs mois à VTT et l’idée de nous aligner sur ce type de course a germée. Une nouvelle motivation nait même si elle est teintée d’un peu d’appréhension.

4 mois plus tard, nous y voilà, nous sommes à Vouliagmeni, station balnéaire à 30km au sud d’Athènes. Le vol s’est bien passé, les vélos sont intacts, nous arrivons sous le soleil et notre hôtel est juste parfait. Vendredi, avant veille de course, nous partons pour la reconnaissance du parcours VTT, le terrain est rocailleux, il y a des escaliers bien raides à monter et à descendre (rassurez-vous, ce sera avec le vélo sur le dos), quelques passages sont techniques et de belles montées promettent de mettre nos gambettes à l’épreuve. Je ne fais pas le malin, Cécile est limite craquage, les roches et la terre ça impressionne quand tu es habitué aux forêts d’île de France… On boucle le tour en 1h11 avec la confiance dans les chaussettes.

Le temps d’ingurgiter une salade grecque au Sloop et nous repartons pour une deuxième boucle. C’est le jour et la nuit, l’appréhension s’atténue, on ne pose quasiment plus le pied, on lâche les freins, on profite des paysages splendides et au final on gagne 8′ sur la boucle…

Une bonne nuit de sommeil et nous voilà à la veille de la course, j’ouvre les rideaux pour constater que, sur le balcon, la roue avant de Cécile est à plat (un signe du destin ?). Je répare et nous voilà partis pour une 3ème et dernière reco. Tout va bien, jusqu’à cette terrible 15ème minute. Je viens de passer un single un peu technique mais pas dangereux car en côte, quand j’entends un hurlement derrière moi. Je comprends tout de suite, je me précipite et retrouve ma Cécile sous le vélo qui se tord de douleur, son diagnostic est sans appel : poignet cassé. La suite est malheureusement sans surprise, secours en 4X4, ambulance, clinique d’Athènes, diagnostic confirmé, la fracture est déplacée, les médecins grecs la réduisent mais il faudra faire une seconde opération de retour en France pour fixer l’os.

Après un plat de pâtes ingurgité à la va-vite au resto de l’hôtel, nous filons nous coucher après cette sale journée. Une discussion au sein de la cellule conjugale, nous amène à décider que je ferai quand même la course le lendemain.

Dimanche 30 avril, 9h30, nous sommes environ 150 à participer à ce X-Terra Greece Full Distance. Les 26 pros se jettent dans une eau translucide à 20°, nous les suivons 1’ plus tard. Le départ est comme toujours un peu embouteillé mais rapidement, ça s’éclaircie. Une bouée au large, une seconde puis retour vers la plage pour boucler le triangle, faire une sortie à l’australienne et attaquer le second tour. Je nage avec une fréquence modérée, en reposant les jambes et en essayant de tirer fort sur les bras. Je sors en 73ème position, dans le même temps que la tchèque Helena Erbenova, quadruple vainqueur de l’épreuve en féminine. Je pense que la nat est son point faible mais pour moi c’est quand même une performance. Le chrono affiche 23’38, nous étions plus proches des 1350m que des 1500m, ou alors j’ai vraiment progressé cet hiver…

Transition, tranquille Basile, petits gants, chaussettes et chaussures aux pieds puis je m’élance sur mon VTT de compet. Je commence à bien connaître le parcours, je ne prends aucun risque mais en côte, j’appuie quand même plus que lors des recos. Le second tour est un peu plus compliqué avec les participants du S qui sont partis 45’ après nous et sont eux dans leur première boucle. Nombre de sprinters marchent à côté de leurs vélos et se demandent d’où sortent ces tarés qui déboulent à leurs trousses. Il faudra peut-être revoir le timing lors de la prochaine édition car je pense qu’en tête de course certains ont vraiment pu être gênés. Au final, je signe le 95ème temps vélo en 1h55, pas extraordinaire mais pour une première, je m’en contente.

Transition T2 expresse (56ème temps en 1’07) et c’est parti pour 10km de trail. Après un peu de plat, première montée sur bitume avant une grosse bosse à gravir dans les pierres, descente, plat, gros coup de chaud et de moins bien, nouvelle ascension dans les pierres et descente pour entamer la deuxième boucle. Il me faut 1h01 pour parcourir les 10km, j’aurais pu mieux gérer le 1er tour mais au final, il me semblait difficile de gagner beaucoup de temps sur cette partie.

En conclusion, je termine  98ème au général en 3h24’17’’. Ce n’est pas la perf du siècle mais pour une première, ça le fait, d’autant plus que les circonstances n’étaient pas au beau fixe…

Maintenant, l’heure est à la reconstruction du poignet de la championne, la saison ne fait que commencer, elle va vite se remettre sur mains et va tout péter à son retour !!! Merci à tous ceux qui ont pris de ses nouvelles et se soucient de sa convalescence, quand on sait l’importance qu’elle attache au sport, je vous assure que ça lui fait chaud au coeur.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s