Hostilités ou armistice ?

  • Course : Cross Duathlon de Nemours
  • Date : 11 novembre 2018
  • Lieu : Nemours (77)
  • Résultat : 47ème / 171 (27,48%)
  • Taux d’auto-satisfaction : 90%

En ce jour de commémoration du centenaire de l’armistice de la grande guerre, c’est du côté de Nemours que nous partons batailler. Ici, pas de fusils ou de canons, mais de beaux VTT et des paires de running en guise d’armes. L’ennemi est partout (164 individuels + 45 binômes) mais heureusement l’armée du Stade Français est dignement représentée avec 5 poilus et une fantassine. 

Signe du destin, les organisateurs m’ont attribué le dossard 70, année de naissance de mes parents, Cécile a le 69 (pas de commentaire…). Le ciel est gris et menaçant, nous sommes alignés au pied de la butte, le décompte s’achève, les fauves sont lâchés pour 5km à courir tambour battant. Je laisse filer, les départs explosifs n’étant pas ma spécialité, je boucle la distance en 23’47, soit 1’ et 5’’ de plus que Cécile, bien en jambes actuellement. Je saisis ma machine de guerre de type VAMAS (Vélo d’assaut de la manufacture d’armes Specialized) et en bon Lieutenant qui se respecte, je m’élance sur le circuit VTT de 20km composé de 2 boucles identiques. Premier passage technique, mon guidon accroche le grillage et je vais au tapis ou plutôt au rocher… Plus de peur que de mal, je repars au combat. Au km 3 se trouve la première descente technique, le soldat Lennoz Gratin est en difficulté, je le passe et lui glisse un petit mot d’encouragement, on n’est pas des brutes quand même… Je me retrouve soudain seul pendant plusieurs longues minutes, je n’ai pas pris le temps de repérer le parcours, je reste donc un peu sur la réserve et hésite à lâcher les chevaux. Je double peu et me fait peu doubler, j’ai le sentiment d’être à ma place et je ne force pas plus que ça mon talent. Aux 3/4 du second tour, je rattrape le petit caporal Lucas, à la sortie d’une tranchée, je lui hurle de s’écarter pour laisser passer son supérieur. Il est tétanisé sur sa monture et me lâche un : « Putain, t’es con, tu m’as fait peur ! » qui lui vaudra quelques jours de trou. 

Je pose le vélo après une heure de selle, je repars dans un peloton d’athlètes avec notamment deux éclaireurs du NST. Je prends les choses en main et impose mon rythme. J’ai Lucas aux fesses, pas question de me laisser bouffer tout cru. Je tiens un moment mais dans la dernière côte, je me fais proprement déposer par la crevette. Je ne relâche pas mon effort pour autant et termine sur un rythme soutenu. 

Ma Fréquence Cardiaque Moyenne sur la course est de 161, soit 92,5% de ma FC Max, je n’en avais visiblement pas beaucoup sous la semelle. Lucas m’a collé 1’30 dans cette fin de course, les généraux Matthieu et Pascal sont là depuis un petit moment, Cécile et le Brigadier Chef Chafik ne tardent pas à nous rejoindre. Une bonne douche au figuré lorsqu’une averse nous surprend, (mieux vaut ça que du gaz sarin…) puis direction le gymnase pour la vraie douche et la remise des récompenses. 

Cécile remporte la course féminine et Pascal sa catégorie où le plateau était plutôt relevé. A noter aussi la 11ème place de Matthieu au scratch et la performance de Chafik novice dans la discipline. Pas de levée des couleurs, de Marseillaise ou de médaille de guerre pour les survivants mais le souvenir d’un agréable moment passé en forêt !!!

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s