Cormaris Odyssée V 7.0

  • Course : Duathlon X-pert Cormaris Odyssée (6/26/3)
  • Lieu : Cordemais (44)
  • Résultat : 52ème /154 (33,77%)
  • Temps : 1h20’20 »
  • Taux d’auto-satisfaction : 90%

Après deux années orientées X-triathlon, retour sur le format X-pert pour cette 7ème édition de Cormaris Odyssée. Pas beaucoup de têtes connues dans le parc à vélo, seuls Matthieu et Léo Paul ont eu le courage de s’inscrire sur la même épreuve que le Champion. Même Chuong a déserté les lieux préférant festoyer avec ses collègues de boulot, du côté de la Sicile. Après un échauffement avec Matthieu et sa Chérie, place au briefing et à l’aérobic. Sous l’arche de départ, je me positionne en troisième rideau avec pour objectif de ne pas gêner et de ne pas être gêné. Je suis sur un rythme de 15km/h, ce qui est la limite actuelle de mes capacités. Pas de problèmes de repérage dans le parc car je porte le numéro 2. Je réalise une bonne transition et j’enfourche mon R5 préféré au P3 principalement pour ses freins à disques plus efficaces sur route mouillée. Le parcours est tout plat mais les relances nombreuses. Je me retrouve rapidement avec 3 larrons avec qui nous nous alternons dans le respect des règles du drafting. On dirait Hawaï avec les mecs alignés à 7m d’intervalle, sauf que nous sommes à … Cordemais. Je roule fort mais je m’autorise une petite fioriture lorsque je croise les bénévoles de chocs, Renaud, son père et mes parents, en les saluant d’une main (Youhou c’est le gros délire !!!). Dans les derniers kilomètres, je double Léo Paul qui semble à la peine sur son vélo. T2 bien maîtrisée et départ tonitruant en cap. J’ai Léo Paul aux fesses et son pote Julo en ligne de mire. Autant dire que les 2,8km ne sont pas une partie de plaisir et que j’ai le cœur et les jambes au taquet. J’échoue à 1 seconde de Julo et 13 secondes devant Léo Paul. Calé entre le junior et le cadet, le vieux est à sa place. Je reprends mes esprits et retrouve Matthieu dans la zone d’arrivée. Il m’a collé 2’ et attend sa Chérie qui va remporter la course féminine, pas mal pour une reprise post-grossesse ! On partage la même analyse, même si le temps de course est court, l’intensité sur Duathlon est vraiment dure et il faut une certaine dose de masochisme pour participer à ce type d’épreuves. Une douche rapide, une bise à la famille et aux amis et je repars retrouver Cécile et les canidés à la capitale. Petite coupure avant le lancement de la prochaine saison qui s’annonce encore riche.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s