Marseille-Cassis ou les aventures d’un parigot à Marseille

Date :31 octobre 2021
Classement :1065ème/18000 (5,92%)
Temps :1h34’49
Taux d’autosatisfaction95%

Il y a quelques semaines, jailli l’idée de participer pour la première fois à ce monument des courses sur route françaises (dans le top 50 mondial des plus belles courses selon le speaker de l’épreuve). Lâché par ma binôme préférée qui fit le choix de courir le semi de Saint-Denis (dans le 93, pas à la réunion…), me voilà samedi midi, Gare de Lyon, à destination de MARSEILLE !

En laissant traîner mes oreilles dans le wagon, j’entends 2 concurrents échanger sur la course : « c’est pas compliqué, ça monte pendant 10 bornes et après ça descend avec un petit coup de cul sur la fin ». Ok, c’est noté !

3h30 plus tard, je débarque sur cette terre hostile si on s’en réfère à Bac Nord ou au dernier témoignage des ultras du Kop d’Auteuil. Passage à l’hôtel puis direction le parc Chanot pour retirer le dossard. Les contrôles sont drastiques, pass sanitaire X2, bon de retrait, carte d’identité, ici on ne plaisante pas avec la loi. Dossard en poche, impossible de ne pas faire la photo souvenir devant le stade Vélodrome et d’aller enrichir ma collection de maillots à la boutique de l’OM. Je ne sais pas si il verra un jour la lumière celui-là mais il mérite bien sa place dans mon armoire au vu du dernier Classico non-perdu face au plus grand club du monde. Ma soirée est agrémentée d’une délicieuse pizza à la saucisse piquante à l’Osteria du Prado que je vous recommande grandement.

Après une très bonne nuit de sommeil créditée d’une heure supplémentaire (non payée mais toujours bonne à prendre), je déjeune et file vers le départ. Je suis dans le sas -1h30, ce qui me permet un échauffement et un départ facilités. Je pars vite, la pente s’accentue progressivement et mon allure prend l’orientation inverse, le métrage des kilomètres n’est pas aligné sur mon GPS, plus j’avance plus l’écart se creuse pour s’achever sur 400m de plus à ma montre.

Ça monte bien, régulier, jusqu’au 10ème, je gère mon effort n’étant pas certain de ce qui m’attend derrière. On m’avait promis une vue magnifique sur les calanques, je ne vois rien, concentré sur mon effort. La deuxième partie de course est effectivement plus roulante mais ce n’est pas la méga bamboche, il faut quand même faire tourner les guiboles. La météo est plutôt clémente au regard de ce qui nous était prédit. La température est parfaite, il ne pleut pas et seul le mistral aurait pu s’abstenir de souffler si fort. J’utilise les autres concurrents pour me protéger du vent et me relancer, à partir du 15ème, je lâche les chevaux ou plutôt les poneys !

Un petit sprint et je signe un magnifique 1h34’49’’ soit le même temps que sur les semi-marathons de Paris et des Sables.

Pas de doute, ici est mon niveau, j’ai pris beaucoup de plaisir à refaire des courses sur route, maintenant place aux objectifs 2022 et notamment à un marathon CAPITALE en avril prochain.

https://www.strava.com/activities/6191332482/embed/0d90e0712729c9a9ee21b99b4cec91b51b029e6b

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s