Triatbreizh 2022

Date :24 juillet 2022
Epreuve :Triathlon L
Classement :140ème/341 (41,05%)
Temps :5h16’02 »
Taux d’autosatisfaction80%

Départ de Chaville vendredi aprem, pause à Nantes et départ samedi midi pour Inzinzac Lochrist ( ça ne s’invente pas). L’ambiance est champêtre, quelques vélos sont déjà dans le parc et une charmante petite rivière nous invite à la baignade. Je réalise les formalités administratives, dépose mon bike (on inclue des anglicismes dans notre langage quand on est un Triathlete branché) et je me mets à l’ombre pour attendre Karine et Chuong. Les cordemaisiens ne tardent pas à me rejoindre et rapidement nous organisons notre soirée.

Celle-ci n’est pas des plus dingos, nous dînons au Tohu-bohu, la fameuse pizzeria d’Hennebont avant de nous rendre au magnifique Ibis budget de la même commune. La chambre est d’une grande sobriété et me rappelle celle de la caserne de l’Ecole d’Application du Train de Tours que j’ai occupée dans les années 90.

Dimanche 24 juillet, réveil à l’aube, petit déjeuner dans le hall de l’hôtel puis direction le site de départ. Nous sommes près de 350 inscrits, les filles partent 10’ avant, la calme rivière se transforme en eaux vives, les fauves sont lâchés ! Comme d’habitude, je pars devant, c’est le grand luxe, pas une gêne, j’ai l’impression d’être seul dans ma ligne d’eau, que du bonheur. Difficile de se perdre, c’est tout droit pendant 1km puis demi-tour avant de revenir à la case départ. Les plus scientifiques d’entre-vous auront remarqué que 1+1+0,5 tour ne peut pas faire 1,9. Tout juste Auguste, il y avait 2,2km de nat. CQFD.

Après 40’ d’échauffement, il est temps d’entamer le plat de résistance, le vélo est donné pour 90km et environ 1000m de D+ ( dénivelé positif pour les béotiens). Je prends mon temps à T1, j’enfile des chaussettes et embarque un kit de réparation et c’est parti mon Kiki. Pour vous représenter le parcours, c’est assez simple, pensez aux montagnes russes également appelées grand huit il me semble (amis forains n’hésitez pas à me contredire si je me trompe). Le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas monotone, je trouve encore le moyen de jouer au justicier avec des mecs qui draftent a tout va : « Hey les gars, c’est pas une cyclo ! ». Certainement ce besoin refoulé de faire régner la loi et le fait que je n’ai jamais eu la chance d’intégrer une milice de quartier chargée de faire régner ordre et silence pour le bien-être de mon voisinage reconnaissant (rêve américain, quand tu nous tiens !). Passé cet épisode Bronsonien, je continue à appuyer sur les pédales. Au kilomètre 70, je me retrouve seul dans une belle descente, au pied de celle-ci, une nationale et un virage à 90 degrés, j’aperçois des voitures sur la nationale et cherche le bénévole qui va les arrêter. En un fragment de seconde, je comprends qu’il n’y a pas de bénévole, j’enclenche le freinage d’urgence mais trop tard, je suis déjà au croisement. Heureusement, le véhicule m’a vu arriver pleine balle et à également freiné. Je passe sans encombre mais avec une belle frayeur. Le résultat du vélo est plutôt bon car je termine les 87km et 1113m de D+ en 2h44 avec une vitesse de croisière de 31,7km/h.

C’est maintenant l’heure des braves, il va falloir s’envoyer un semi. Les organisateurs à la tête desquels on retrouve un certain Sylvain Sudrie, ex-star du triathlon LD a eu la bonne idée de tracer un circuit en bord de rivière et à l’ombre, sous forme d’aller-retour. Je suis bridé à 12km/h, pas la force d’aller plus vite, je m’en contente et me focalise sur le fait de rester régulier et de maintenir ma motivation. Je croise régulièrement Lou qui va chercher une place sur le podium et son papa qui tel un zombie file vers sa destinée. Julie que j’avais sermonnée sur le vélo car elle grimpait en 53-11 et manquait quelque peu de vélocité (humour cycliste !) est également dans cette grande farandole des coureurs à pied. Après 1h43, les 20km sont derrière moi, je boucle l’épreuve totale en 5h16, soit une 140ème position sur une course où le niveau moyen me paraît plutôt très élevé. On remet ça dans 4 semaines mais dans de nouveaux paysages. D’ici là, place aux vacances !

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s