Corrida d’Issy 2022

Les yeux plus gros que le ventre !

Date :11 décembre 2022
Epreuve :10K
Classement :550ème/2301 (23,90%)
Temps :40’27 »
Taux d’autosatisfaction55%

Pris dans l’euphorie de mon bon semi de Boulogne, je décide de m’inscrire à la Corrida d’Issy pour claquer un beau chrono sur 10k. Histoire de ne pas la jouer petit bras, je fixe l’objo sous les 39’.

Mercredi 7, dernière séance d’allure, je me rends compte que ce sera difficile d’aller chercher les 39’ mais je suis confiant sur un sub 40 comme disent les sportifs confirmés.

Je n’ai pas réussi à choper une place dans les sas préférentiels, je me pointe donc 30’ avant le départ, histoire d’être dans les premiers du sas « ventre mou ». Je discute avec un bénévole qui accepte de me surclasser et me laisse intégrer le sas préférentiel 2, quel fin négociateur je fais, digne des experts du Raid.

Malgré cela, difficile de se frayer un chemin dans les rues étroites isséennes. Je joue des coudes mais constate rapidement que je flirte avec les 4’ au kilo. Au fil du temps, ma montre bip de plus en plus loin du panneau kilométrique, il y a visiblement un écart entre le GPS et les mesures réalisées par les organisateurs. Ça doit venir de Garmin car c’était la même limonade à Boulogne. J’ai fait connaissance avec un autre vieux très sympa avant le départ, il me rattrape, il semble avoir du mal à respirer mais néanmoins, je ne peux que constater qu’il va plus vite et je le laisse filer, je ne le reverrai plus. Je dois me rendre à l’évidence, je ne peux pas aller plus vite, aucune excuse à chercher, j’ignore si le problème est cérébral, musculaire et/ou respiratoire mais c’est comme ça… Les kilomètres s’égrènent, je scrute le chrono et j’essaie de ne pas m’endormir et de relancer, rien n’y fait. J’entame le dernier kilomètre, une petite bosse, la seule du parcours puis l’entrée sur le stade où je donne ce qui me reste d’énergie.

Le chrono est impitoyable, j’ai 28 secondes de trop à ma montre. C’est un échec mais je ne suis pas encore mat, place à quelques jours de repos et en route pour 2023 avec de belles courses et de beaux objectifs.

Pour changer, petite conclusion culturelle avec cette citation de Jean Paul Sartre qui me plait bien : L’homme n’est rien d’autre que son projet, il n’existe que dans la mesure où il se réalise, il n’est donc rien d’autre que l’ensemble de ses actes, rien d’autre que sa vie.

Publicité
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s