Triathlon du Roi – Versailles – 6 mai 2012

Après avoir accumulé les boulettes l’an passé (lunettes de nat en travers, déraillage à vélo), je ne pouvais qu’espérer mieux pour cette édition 2012. Nous bénéficions d’un bel après-midi automnal, le ciel est menacant et l’idée de se mettre à l’eau est loin de m’enchanter. Après un échauffement à pieds, je regagne le parc à vélo où les stadistes sont en nombre. Le briefing est en cours mais les premiers athlètes se mettent déjà à l’eau. Allez savoir pourquoi, je suis le mouvement et je me mets à l’eau aux côtés de Guillaume. Premier constat, ça caille! Guillaume me file un précieux conseil : « Il faut se mettre à droite si on veut éviter les baffes », Ok. Le départ est donné, je me retrouve rapidement seul (non pas parceque je me suis échappé mais plutôt parceque je me suis largement excentré). J’essaye de nager en 2 temps, ça marche pas, en 3 temps, ça marche pas non plus, je suis saisi par le froid et peut-être aussi un peu par l’angoisse, je n’arrive pas à caler ma respiration et passe donc en brasse, façon Mamie, tête hors de l’eau. Après quelques mètres, je reprends mes esprits et arrive à « poser » ma nage. Il n’empèche que j’ai des trajectoires merdiques et que je fais une natation médiocre. Je sors (enfin) de l’eau, tourne la tête et me retrouve à côté de Guillaume auteur également d’une grosse performance dans la pièce d’eau des Suisses… Je réalise une transition pourrie, dixit des spectatrices avisées et concède 40″ et quelques packs à Guillaume. Je grimpe sur le bike, retrouve Jean-Guillaume et me cale dans un pack d’une cinquantaine de cyclards. La partie vélo se résume à une chose, ne pas péter au sommet du coup de cul que nous franchissons à 2 reprises. Pour le reste, je suis dans les roues, mains sur les cocottes et j’attends que ça se passe, plus ça va, moins je kiffe les courses avec drafting. Fin du vélo, je descends le long du parc, je garde mes chaussures au pied afin de gratifier le public de l’harmonieux clac-clac de mes cales sur le sol. J’essaye de garder un semblant de sens esthétique en levant la tête, en regardant au loin et en tenant mon vélo par la selle, important l’esthétisme, important. Deuxième transition, correcte, je chausse les baskets et m’élance sur le parcours cap. Guillaume Q. et Arthur viennent de boucler leur premier tour, Antoine V. me double et me colle également un tour dans la face, c’est beau d’être jeune… Je fais une bonne cap, je reprends Damien et Pierre G. et termine ce premier triathlon au sprint avec 2 étampois pas dociles! Bilan, 209ème sur 526 classés, en 1h18’17 » (nat en 14′, vélo en 40’29 et cap en 20’27). Je gagne 3′ sur mon temps 2011 quand la course se gagne en 1′ de plus. Conclusion, c’est mieux que l’an passé mais pas encore au top, je dois bosser les transitions et mieux nager si je veux progresser sur cette distance. En attendant, direction Majorca , ses plages, son soleil et son half-Iron Man.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s